Par Baby moov

Le développement du goût chez bébé

Les clés pour une diversification alimentaire réussie

Bébé a connu neuf mois de gestation très protégé, et bientôt, son développement dépendra de la diversité de ce qu’il mange. Afin de l’ouvrir à une alimentation équilibrée, la diversification est primordiale durant les deux premières années de la vie de notre petit mangeur. Acquérir du plaisir en mangeant varié est la clef d’une diversification réussie.

Les débuts

Le nourrisson est exposé aux saveurs bien avant sa naissance. In utero, il a avalé  le liquide amniotique infusé des saveurs de sa maman. Pour être plus précis, le lait maternel a transmis à ses papilles les caractéristiques gustatives du régime alimentaire de la mère. L’amertume de l’artichaut, piquant du piment ou acidité fruitée, les caractéristiques gustatives des aliments régulièrement consommés seront présentes.

Vers l’âge de quatre mois, après les céréales assez neutres dans les premiers biberons de nuit, les jus de fruits et bouillons de légumes constitueront les premiers points de repères nouveaux. Dès maintenant, bébé démarre son expérience du goût. Soyez attentif à ce qu’il aime ou à ce qu’il n’aime pas. Vous apprendrez à connaître sa sensibilité, ses émotions et le rythme auquel vous pouvez évoluer avec lui. Vers 5 à 8 mois, des textures peuvent être introduits avec des purées de fruits et légumes légères.

Autant que les préconisations de votre pédiatre que ceux des ouvrages disponibles que vous n’aurez manqué de consulter, ses réactions et ses besoins manifestés vous guideront dans les quantités et la fréquence des nouveautés à introduire. Un refus se lit sur son visage, et plus précisément sur sa bouche. Il est conseillé de le respecter dans un premier temps.

Nutribaby, l'allié de la diversification alimentaire

Le Nutribaby de Babymoov, votre partenaire culinaire pour la diversification alimentaire de bébé

 

Les cinq sens

Bébé a les sens en éveil : le goût, mais aussi la vue, lorsque il découvre un légume d’une drôle de forme et coloré, l’ouïe lorsqu’il entend le bruit du mixeur, et aussi l’odorat lorsque les effluves du repas que Maman prépare lui parviennent.

Les sensations hédonistes contribuent à l’équilibre psychique de bébé, le déplaisir le fait râler, la satiété l’apaise. Plus vite que l’on ne croit, le petit humain tiendra assis, avec dans sa main, un bout de pain !

Un rythme à apprendre

Un aliment refusé ? Il ne faut pas se résigner ! Souvent, il suffit de le proposer quelques jours plus tard pour que bébé puisse l’apprécier. Chaque enfant a son propre rythme, la compréhension et l’appréhension du monde extérieur diffèrent pour chaque être humain. Ce n’est pas parce que le fils de la voisine mange déjà des carottes, que bébé est en retard !

Pour favoriser l’apprentissage du repas, utilisez de la vaisselle pour bébé adaptée et ludique qui donnera envie à votre enfant de manger comme un grand.

L’intérêt de développer le goût de bébé

Une autre raison majeure est de proposer des aliments variés et riches en vitamines et nutriments, pour répondre aux besoins de sa croissance fulgurante. La maturation de ses organes et les développements de son corps sont importants.

Pour son développement psychologique, le repas est une ouverture sociale et sensorielle qui l’ouvre sur le monde qui l’entoure. La complicité et la découverte sont à privilégier à ce moment de la vie de bébé. Le lien entre la mère et son enfant sera ainsi fortement ancré dans l’alimentation, vitale et source de réconfort.

Les bénéfices

Au départ, l’organisme régule parfaitement la satiété. Quand bébé signifie qu’il a assez mangé, vous pouvez parfaitement lui faire confiance. Quant à ce qu’il mange, c’est vous qui choisissez : un petit bout de fromage ou de carotte pour le faire patienter, plutôt qu’un biscuit sucré avant le repas. Ainsi, limiter le  sucre ou les matières grasses, privilégier les légumes aux féculents, sont autant de choix qui contribuent à son éducation alimentaire. Quand l’enfant ira à la cantine, ou lorsqu’il sera adolescent, des lacunes ou mauvaises habitudes installées sont plus difficiles à faire évoluer.

Cultiver le bien manger et créer une relation complice, permet à l’enfant d’avancer de façon sereine dans son alimentation.

La complicité en cuisine

Lorsque vous cuisinez pour votre bébé, n’hésitez pas à l’installer dans la pièce avec vous. Il observe, entend et  sent les effluves de ce que vous préparez. Vous lui parlez, vous cuisinez, il peut dessiner, babiller, et « absorber » ce moment passé ensemble. C’est au fil de ces moments partagés que votre relation d’amour et d’intimité se crée.

Préparer un repas avec bébé pour l'éduquer au goût et à la cuisine !

Confiez à votre enfant des petites missions pour l’initier à la cuisine !

 

 A retenir

Petit être vulnérable, bébé attend de sa mère qu’elle réponde à ses besoins, et particulièrement à son besoin d’alimentation. La première année est une phase privilégiée pour son apprentissage gustatif.

Nourrir son bébé, c’est lui apporter les éléments nutritifs dont il a besoin, mais c’est aussi l’éduquer chaque jour au delà de ce qui lui est inné comme saveur et texture.

Au même titre que la station debout, la parole, la propreté corporelle ou l’altérite, le goût et le bien manger sont des valeurs qu’il est souhaitable de faire acquérir aux enfants.

Dossier rédigé par MamanChef,
retrouvez-la sur son site et sur Facebook