fbpx
Par DoudouCare

Les aliments déconseillés pour la femme enceinte

aliments deconseillés pour la femme enceinte

Durant les neuf mois de grossesse, de nombreux aliments sont interdits, déconseillés ou parfois simplement à consommer avec modération. Il nest alors pas toujours simple de se repérer et de savoir ce que lon peut manger ou non. Petit tour dhorizon des aliments auxquels vous devez être attentive si vous attendez un heureux événement.

Les laitages crus :

Tous les laitages à base de lait cru sont à éviter car ils peuvent être porteurs de la listériose. Cette infection est grave et peut provoquer un avortement, un accouchement prématuré ou une infection néonatale.
Pas de panique, cela ne veut pas dire pour autant qu’il ne faut plus consommer de produits laitiers. Vous pouvez déguster sans problème du lait pasteurisé ou UHT, des yaourts et fromages blancs et certains fromages. 
 

Soyez vigilantes vis-à-vis des crèmes chantilly et crèmes fouettées, il faut bien regarder leur origine. Comme pour chaque produit à base de lait, il vous faudra choisir une crème pasteurisée et non à base de lait cru.

Évitez naturellement les fromages à base de lait cru (brie de meaux, camembert au lait cru, beaufort, chèvre au lait cru…). Vous pouvez repérer facilement le terme « pasteurisé » sur l’étiquette alimentaire, sinon demandez directement à votre fromager. Vous pouvez consommer sans risque ceux à pâte dure (comté, cheddar, édam, emmental, gouda, gruyère, parmesan, pecorino, manchego…) qui ne sont pas (ou en infime quantité, donc non dangereuse) porteurs de listériose.

Concernant les fromages à pâtes molles, ils doivent être obligatoirement pasteurisés (fromage frais aux herbes, fêta, fromage de chèvre (sans croûte fleurie), mozzarella, fromage à tartiner, mascarpone…).
Certains fromages sont aussi plus humides et moins acides que d’autres, ce qui en fait un terrain idéal pour la prolifération de bactéries malgré leur pasteurisation. Il convient donc d’éviter également la consommation de fromages à pâte molle à croûte fleurie (crottin de Chavignol, coulommiers…) et de fromages à pâte persillée (bleu d’auvergne, fourme d’ambert, gorgonzola, roquefort…). 

Si vous avez une envie irrésistible d’un fromage persillé par exemple, vous pouvez toutefois en consommer dans une sauce en le faisant bien cuire (faites-le bouillir pour être certaine que les bactéries mises à cause dans la listériose soient tuées).

Les produits laitiers ne sont pas la seule source de calcium de notre alimentation mais ils y participent grandement. Vos besoins nutritionnels sont accrus durant la grossesse, donc continuez de consommer des yaourts, fromages blancs, du lait pasteurisé ou UHT ainsi que les fromages autorisés.

Les produits de la mer :

Tous les crustacés et mollusques crus sont déconseillés durant la grossesse. Ils peuvent à la fois vous intoxiquer mais également être porteurs du virus de l’hépatite A. Vous pouvez toutefois consommer des produits de la mer bien cuits et d’une fraîcheur irréprochable. À vous les crevettes, moules et coquilles Saint-Jacques !

Attention, même servies chaudes, les huîtres ne sont pas assez cuites et sont donc interdites. Les sushis, carpaccios et ceviches sont à base de poisson cru. Ils sont donc également à proscrire en prévention de la listériose.

Sachez que les mers sont très contaminées et certains poissons (prédateurs) sont source de mercure. Évitez donc l’espadon, le marlin, le siki, le requin et la lamproie. Certaines espèces sont aussi à limiter : thon, lotte (baudroie), loup (bar), bonite, empereur, grenadier, flétan, brochet, dorade, raie, sabre…

Les poissons sont toutefois une fabuleuse source d’oméga-3 et de vitamine D. Dégustez donc 2 fois par semaine de la truite (sauf le touladi), de l’aiglefin, du thon pâle en conserve, de la sole, du maquereau, des sardines, de l’imble, du hareng, du saumon, de la plie, de l’éperlan, des anchois, des palourdes, des pétoncles, et du crabe.

Les viandes :

Toutes les viandes crues ou mal cuites sont à éviter au titre de la listériose mais également de la toxoplasmose. Même si vous êtes immunisée contre ce parasite, le risque de listériose n’est pas écarté ! Les carpaccios, charcuteries crues et autres viandes bleues ou saignantes devront attendre votre accouchement.

Les fruits et légumes :

Au même titre que les viandes crues, les fruits et légumes peuvent être porteurs de la toxoplasmose si vous n’êtes pas immunisée. Il faudra alors être très attentive au nettoyage des fruits et légumes. Sachez que ces précautions sont valables également pour les aliments issus de l’agriculture biologique.

Si vous n’êtes pas immunisée contre la toxoplasmose et lorsque vous n’êtes pas certaines du bon nettoyage de ces aliments fruits et légumes (par exemple au restaurant ou chez des amis), il est préférable de n’en consommer que des cuits. Notez toutefois que le fait de manger des fruits et légumes crus est primordial pour un bon apport en vitamines thermosensibles (qui disparaissent avec la chaleur).

Certaines personnes sont plus sensibles que d’autres au niveau digestif. Si c’est votre cas, limitez les légumes réputés pour causer des problèmes digestifs comme ceux de la famille des choux (chou-fleur, chou de Bruxelles, chou rouge…), les poivrons (surtout la peau des poivrons), ou même les piments.

D’ordre général, respectez la saisonnalité des fruits et légumes et préférez les produits issus de l’agriculture biologique et locaux.

Pour cuisiner ou accompagner vos petits plats, vous pouvez utiliser L’huile Maman Quintesens. Nous vous expliquons tout dans notre article « Du bon gras, pour le bon développement de Bébé ! »

Les oeufs :

Tous les desserts ou préparations à base d’oeufs crus peuvent présenter un risque de listériose et de salmonellose, pouvant entraîner un accouchement prématuré et des complications. Pour ces raisons, vous devrez vous abstenir de mousse au chocolat, crème anglaise, oeuf mollet… Vous pouvez toutefois vous tourner vers des desserts industriels où les risques biologiques ont été stabilisés.

Les plantes et épices :

Certaines plantes sont bien connues pour avoir des bénéfices chez les femmes enceintes ; comme le gingembre qui agit contre les nausées, ou l’infusion de feuilles de framboisier en fin de grossesse qui va tonifier l’utérus. Cependant, nous ne connaissons encore que trop peu les effets d’autres plantes pendant la grossesse. Par principe de précaution, il convient de consommer uniquement les tisanes repérées comme sécuritaires : les zestes d’agrumes et d’oranges, le gingembre, la mélisse-citronnelle, le cynorhodon, la fleur de tilleul (sauf pour les femmes souffrant de troubles cardiaques), les fleurs de mauve et fleurs de bruyère, la vigne rouge, l’hamamélis, la verveine, la mélisse, et la menthe. Ne consommez pas plus de 3 tasses par jour.

Les études de l’INPES (Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé) démontrent que manger épicé pendant la grossesse ou l’allaitement reste sans risque au vu de la dose utilisée. Si la consommation d’épices n’est pas dans vos habitudes culinaires, sachez que ces dernières peuvent être toutefois assez difficiles à digérer.

Le soja :

Les aliments ou préparations à base de soja sont à limiter car ils renferment des phyto-estrogènes qui peuvent perturber le système hormonal de bébé. L’AFSSA ​(Agence française de sécurité sanitaire des aliments) conseille de ne pas consommer plus d’un aliment par jour contenant du soja, pendant toute la durée de la grossesse (et de l’allaitement).

Les desserts :

Privilégiez les glaces industrielles à celles artisanales pour limiter un hypothétique risque de listériose. De manière générale, soyez attentive quant à votre consommation de produits sucrés. Enceinte, votre régulation de glycémie est moindre ; la consommation de produits sucrés va donc l’accroître. Limitez ainsi les produits sucrés et préférez toujours une consommation en fin de repas plutôt que de manière isolée.

Les boissons :

L’alcool

Pour la santé de votre enfant, il est conseillé de s’en abstenir complètement durant la grossesse. En effet, l’alcool traverse la barrière placentaire et passe ainsi directement dans le sang de bébé.  

La caféine

La caféine est présente dans le café mais également dans le thé, les sodas à base de cola et les boissons énergisantes. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) conseille de ne pas dépasser plus de 300mg de caféine par jour pour les femmes enceintes, soit l’équivalent de 2 à 3 tasses de café.

En excès, la caféine peut avoir des effets néfastes sur votre rythme cardiaque, votre stress et votre sommeil. Votre bébé risque lui un retard de croissance intra-utérin et une perturbation du développement de son cerveau. Notez que la théine empêche l’absorption du fer, un minéral indispensable pendant la grossesse. Buvez donc votre thé à distance des repas et de la prise de vos vitamines.

En cas de rétention d’eau ou même d’hypertension, n’abusez pas des eaux gazeuses qui sont pour la plupart très riches en sel. Limitez autant que possible les sirops et sodas, trop riches en sucres.

Les aliments gras et sucrés :

Préférez des aliments à forte densité biologique, c’est-à-dire des aliments pour lesquels vous allez faire le plein de vitamines et minéraux. Dégustez des aliments bruts et des fruits et légumes en bonne quantité. Au contraire, certains aliments doivent être limités car ils n’apportent que des calories, sans vitamines et minéraux. C’est le cas de la plupart des gâteaux, bonbons, fast-foods, plats ultra-transformés…

Vous pouvez aussi lire notre article sur « Comment maîtriser la prise de poids durant la grossesse ? »

En résumé, les petites habitudes à prendre :

  • Lavez avec précaution vos fruits et légumes 
  • Consommez rapidement et faites suffisamment cuire vos poissons, viandes et œufs
  • Évitez les produits laitiers non pasteurisés  
  • Ne buvez pas d’alcool et restez vigilantes avec la caféine

 

Article rédigé en Juillet 2021 par Camille, Diététicienne pour DoudouCare 

doudou care