Par Baby moov

Dossier : L’acidité, amie ou ennemie de bébé ?

 

Bébé découvre la saveur acide dans ses petits plats maison

 En posant une goutte d’eau sucrée sur la langue de Bébé, il sourit ! Avec une gouttelette acidulée, il fait une jolie grimace. La saveur acide n’est pas innée ! La présence d’acidité dans l’estomac et le tube digestif, notamment avec les acides gastriques liés à la digestion, est tout à fait naturelle, à condition qu’elle reste équilibrée et que bébé ne subisse pas d’inconforts.

Une saveur à dompter dès le plus jeune âge

Pour apprécier la saveur acide, l’apprentissage passe par les fruits comme la cerise, l’orange, les framboises ou même la pomme. Rassurons-nous, contrairement à l’amertume, plus longue à appréhender, le tout-petit pourra, dès 2 à 3 ans, apprécier et maîtriser la saveur acide. 

L’acidité dans les aliments

Dans la composition chimique des aliments, on trouve un potentiel d’acidité plus ou moins important. Le tube digestif immature de Bébé s’en trouve quelquefois perturbé. On peut classer les aliments en trois catégories : les acides, les acidifiants et les alcalinisants.

Les aliments acides sont naturellement riches en composés acides, comme par exemple le citron, le vinaigre, mais aussi le miel. Ces acides vont être métabolisés par l’organisme lors de la digestion. Les réactions face à ce type d’aliment seront aléatoires en fonction du métabolisme de chacun. L’introduction doit donc se faire avec une prudence considérable.

Les aliments acidifiants sont des aliments qui libèrent des composés acides au moment de la digestion par l’organisme. La plupart des produits de grande consommation, tels que les viandes, oeufs et produits laitiers, les pains et pâtes, les huiles, céréales et légumes secs, etc. sont acidifiants. Pour contrôler l’apport en substances acidifiantes et réduire leur impact (reflux, diarrhées, maux de ventre), il faudra compenser avec la troisième catégorie d’aliments.

Les aliments alcalinisants sont des aliments pauvres en substances acides. La transformation de ces aliments par l’organisme ne libère pas de composés acides. Ce sont les légumes colorés (verts, rouges, jaunes), la pomme de terre, l’amande, l’ail, l’oignon, les herbes aromatiques, etc.

L’intérêt de l’acidité

Au niveau pratique, les composés acides sont utilisés comme conservateurs et antibactériens. C’est la raison pour laquelle les cornichons ou les oignons sont conservés dans du vinaigre. Acidifier légèrement un potage ou une purée au poisson de bébé, ne peut donc qu’être bénéfique pour sa digestion.

Au niveau nutritionnel, la saveur acide ouvre l’appétit et facilite la digestion. L’acidité permet de mieux apprécier le sucré, d’alléger le gras et d’apaiser les sensations d’écoeurement qui surviennent parfois.

Comment s’y retrouver dans l’assiette de bébé ?

Tout aliment au goût acide n’est pas forcément acidifiant, et inversement. Pour le citron, par exemple, au goût, les papilles révèlent une saveur acide. Pourtant lors de sa digestion par l’organisme, le citron ne libère pas de substances acides. On peut donc dire qu’il est alcalinisant. Concernant les produits laitiers, qui sont inévitables pour la croissance de bébé, il faut noter qu’ils peuvent être délicats à digérer. Bien qu’ils soient doux comme les yaourts brasés ou plus corsés comme un fromage blanc caillé, la présence de petit lait favorise l’acidification lors de la digestion. Néanmoins, le petit lait est également riches en lactose, vitamines, et minéraux, tels que le calcium. A introduire donc en douceur lors de la diversification.

L’heureuse alchimie du citron en cuisine 

Quelques exemples de bonnes combinaisons :
Marinade de poulet au yaourt et jus de citron
Purée de poulet et carottes, au jus de citron
Purée de veau aux abricots et miel
Tomate, boeuf et ail
Porc à la mangue, au jus de citron
Yaourt à la mûre, raisin et prune

A retenir

• Attention à la différence entre acides et acidifiants ! Des aliments non acides au goût comme le sucre, les viandes, ou le pain, peuvent provoquer des réactions acides dans le corps humain, lors de leur digestion.

• Si une intolérance se manifeste par des reflux ou coliques, il faudra voir le pédiatre en ayant soigneusement retenu les aliments que bébé a mangés les jours précédents.

• En cuisine, le citron, bienfaisant, peut être utilisé dans la plupart des recettes avec parcimonie.

Dossier rédigé par MamanChef,
retrouvez-la sur son site et sur Facebook