fbpx
Par Babymoov

Introduire les épices douces, herbes et aromates dans l’alimentation de bébé

La diversification fait l’objet de beaucoup d’inquiétudes et de précautions. Il est certes important de suivre le développement de l’organisme de bébé et de n’introduire les nouveaux aliments qu’en fonction de ses besoins nutritionnels et de ses capacités digestives.

Mais comme pour toute action répétée au quotidien, bébé comme tout humain a besoin d’y trouver du plaisir.

Les épices, herbes et aromates méritent l’attention de toute jeune maman car en plus des propriétés bienfaisantes qu’elles apportent, leurs saveurs et couleurs contribueront allègrement à faire des repas un moment de plaisir.

Comment les choisir ?

Pour bébé, il convient de ne choisir que les épices non piquantes comme le curcuma, l’anis, la cannelle, la vanille. Le basilic, le persil, l’aneth ou le cerfeuil sont à marier entres autres aux purées de légumes. Tandis que les aromates comme le thym, le romarin ou la feuille de laurier apportent saveur aux marinades et plats mijotés.

L’oignon, l’ail et l’échalote peuvent être introduits cuits vers le 8me mois car leurs vertus gustatives et désinfectantes ne sont pas à négliger dans la cuisine faite maison.

Quand les introduire ?

Petit à petit, en même temps que la diversification se fait avec les nouveaux aliments et purées, l’ajout d’une herbe fine ou d’une pincée d’épice améliorera la recette et sa saveur à partir du 6me mois.

Il reste toutefois intéressant de faire goûter d’abord la saveur pure des aliments introduits un à un; carotte, pomme de terre, courgette, artichaut, afin que bébé ait ses repères, ou dit autrement, apprenne ses classiques.

Le poivre, tout comme le sel, doit être utilisé avec parcimonie, et ce uniquement afin d’aromatiser un plat mijoté à destination de toute la famille par exemple. Ajouter du poivre en fin de recette, tout comme le sel pour agir comme exhausteur de goût est à proscrire pour préserver la santé de bébé et la délicatesse de ces papilles que nous éduquons.

Les vertus

En plus de la saveur qu’ils apportent à la cuisine mijotée à partir de 1 an, la plupart des aromates comme le thym, le romarin ou la feuille de laurier ont des vertus désinfectantes. C’est pour cela par exemple que les anciens ajoutent une feuille de laurier au potage de légumes.

Les fines herbes comme le basilic, le persil, l’aneth, cerfeuil, viendront rafraîchir, apporter saveur et tonicité aux purées de légumes dès le 5 ou 6me mois, selon le rythme de votre diversification.

Vers le 10me mois, les vanilles et cannelles aromatisent les desserts avec douceur et sont réputés pour être toniques et digestives.

A partir de 2 mois, les infusions aux feuilles de verveine ou boutons de fleurs d’oranger sont apaisantes.

Couleurs et saveurs

Dans l’évolution du petit mangeur, la notion de plaisir est importante. Sa précocité sensorielle dès la naissance contribue à appréhender son environnement et à tisser ses liens affectifs en parallèle de ses besoins primaires, dont se nourrir fait partie.

Un bébé qui aime manger et se met en joie lorsqu’on le met dans sa chaise haute, est le fruit d’une diversification et d’une relation harmonieuse. Le plaisir des papilles précède celui des yeux. D’ailleurs, bien souvent bébé observe ce que vous préparez, et est souvent plus allègre devant une purée colorée au curcuma ou à la betterave, que devant une purée gris marron.

Recettes avec des épices

A partir de 2 mois : Infusez quelques boutons de rose, grains de fenouil, feuilles de verveine ou de tilleul dans 200ml d’eau. Sucrez à peine, et vous obtiendrez une tisane douce et apaisante. L’été, bébé peut la boire à température ambiante à la place de l’eau pour s’hydrater.

Avec l’introduction de la viande à partir du 5me mois, le poulet peut être mariné avec quelques gouttes de citron et feuilles de basilic, l’agneau avec du romarin ou une pincée de raz el hanout. Cette marinade se fait au réfrigérateur, même pour 1 heure, et contribuera à tuer des germes qui peuvent être présents dans la viande.

Le thym ou la menthe se marient bien avec la courgette, l’aubergine et la tomate. Faire cuire les aliments avec les feuilles et les retirer avant de mixer, apporte de la saveur.

Aux compotes de prunes, ajoutez une pincée de poudre ou un éclat de bâton de cannelle, à celles de pommes ou de poires, ajoutez 2 cm de gousse de vanille grattée ou une pincée de sucre à la vanille naturelle.

Dès 8 mois, on peut hacher menu un brin de ciboulette ou quelques feuilles de cerfeuil pour présenter les purées à bébé. Sachez que vers 2 ans, lorsque la néophobie fera son apparition, la texture des brins ou feuilles peut être à nouveau refusé par l’enfant évoluant.

A retenir

Les épices violentes et piquantes sont à proscrire absolument. Les épices douces, aromates et fines herbes offrent une cuisine savoureuse, colorée et bienfaisante à bébé.

 Dossier rédigé par MamanChef,
retrouvez-la sur son site et sur Facebook