fbpx
Par Babymoov

Le sucre, bon ou mauvais pour bébé ?

Dossier conseil alimentation sucre

D’un point de vue nutritionnel, lorsqu’on dit sucre, les mots saccharose, fructose, lactose, diabète, saveur stimulante ou excès viennent à l’esprit…

Présent naturellement dans le lait, les céréales et les fruits, le sucre nous veut du bien. Cachée dans les boissons, les plats cuisinés et les dérivés de produits laitiers, on le craint. C’est bien des sucres cachés et de l’accoutumance à leur saveur omniprésente que bébé doit absolument être préservé. 

Une saveur avant toute chose

Dès 4 mois, dans le ventre de la mère, l’embryon réagit avec plaisir au goût sucré du liquide amniotique. À sa naissance, bébé aura passé neuf mois dans l’environnement le plus douillet du monde en ayant avalé en permanence le liquide sucré dans son cocon aquatique. Ainsi s’explique que l’une des quatre saveurs, la sucrée, soit innée.

Dès sa naissance, bébé la retrouve dans le lactose, le sucre du lait. Le lait répond ainsi aux besoins nutritionnels ET à l’épanouissement de bébé.

Ce n’est que lorsque la diversification de bébé sera accomplie que l’on pourra ajouter des matières sucrantes aux fruits ou aux produits laitiers à petite dose pour rectifier l’acidité ou l’amertume.

Substances sucrantes

Les principales sources de sucres simples sont la betterave sucrière et la canne à sucre.  La betterave sucrière est toujours transformée industriellement, après chauffage, tandis que le sucre de canne est extrait par force centrifuge, un mode plus naturel. La canne à sucre existe en culture biologique qui préserve bébé de toute trace de pesticide ou fertilisant.

Le miel et le sirop extrait de l’agave ou de l’érable proviennent des plantes pour les premiers, d’un arbre pour le dernier. Une moindre quantité suffit pour obtenir une intensité sucrée en bouche.

Pour limiter la consommation de sucre, il est préférable de donner un fruit et du pain à la place d’un gâteau, qui présentent en plus des sucres fibres et vitamines.  Les sucres consommés ainsi arrivent moins vite dans le sang.

Les sucres complexes et simples

Les sucres complexes comme l’amidon des pâtes ou du pain s’assimilent beaucoup plus lentement. À partir de 6 mois bébé peut manger des féculents comme des céréales sans gluten dans son biberon, puis un peu plus tard, de la pomme de terre dans sa purée de légumes. Les sucres complexes ont l’avantage de fournir de l’énergie sur une période plus longue que les sucres simples.

Les sucres à privilégier

Les sucres simples :

Les fruits frais contiennent 2 fois moins de sucre que la compote qui lors de la cuisson a perdu de son eau et se concentre de ce fait en sucre.

Un fruit ; pomme, poire ou abricot, parvenu à maturité sous le soleil, est naturellement sucré ou riche en fructose. Simplement mixé, on le donnera à bébé à partir de 5 mois sans autre ajout de sucre car le fructose suffit. Vous pouvez ajouter à cette mousse de fruit quelques cuillerées de fromage blanc qui apporteront encore du sucre, cette fois sous forme de lactose, en plus des protéines et matières grasses utiles.

Quant au jus de fruit, il est sucré, dépourvu de fibres et ne stimule aucunement la mastication. Pour cette raison, alterner les petits morceaux de fruits et le jus est recommandé dès que bébé se tient assis dans sa chaise.

Les sucres complexes :

Dans les légumes, le lait et les féculents, on trouve les sucres complexes ainsi que des fibres, vitamines et minéraux.

Les sucres ajoutés à notre insu aux aliments

Il n’y pas que du sucre dans les produits dits « sucrés ». Dans tous les plats cuisinés, charcuteries et pizzas, il y a systématiquement du sucre ajouté. Non seulement, ce sucre est pour la plupart du temps de mauvaise qualité et est sans valeur nutritionnelle, mais en plus il accoutume les papilles à la saveur sucrée. La préférence quasiment exclusive pour la saveur sucrée acquise à ce régime est extrêmement préjudiciable pour une bonne diversification, notamment des fruits et légumes aux saveurs acides, amères, légèrement astringentes ou tout simplement « différentes ».

Lorsqu’on en achète pour le tout-petit, il est indispensable de déceler sur l’étiquette si oui et quel type de sucre a été ajouté. Les produits tels que yaourts, céréales, biscuits, feront partie du régime alimentaire de base de l’enfant durant des années, autant les choisir les moins sucrés, voire natures.

Le sirop de glucose-fructose, contrairement au sirop de glucose utilisé depuis très longtemps en pâtisserie, est issu d’une manipulation chimique de l’amidon du maïs ou du blé. Son mode d’absorption par l’organisme ne semblerait pas être optimal. A repérer donc, sur les étiquettes…

La surconsommation de sucre

Pour éviter à bébé ou le tout-petit la surconsommation de sucres ajoutés, il suffit d‘acheter des produits peu transformés industriellement comme les yaourts nature ou biscuits secs nature. 

Le risque grandit lorsque l’enfant a plus d’autonomie et tendra à consommer les sodas ou pizzas vus dans les publicités ou chez les copains.

Le produit « sucré » – sous forme liquide ou solide – devra être réservé à des moments particuliers de plaisirs partagés et non se banaliser dans ses repas quotidiens.

Recommandation de dosage et aliments

Le sucre étant présent dans tous les aliments, le sucre ajouté doit se limiter pour enlever de l’acidité aux fruits ou produits laitiers avec une cuillerée à café de sucre, de miel, de sirop d’agave ou de confiture.

Un fruit frais, une compote ou du jus de fruit naturel peuvent s’inscrire naturellement dans le régime quotidien de bébé. Les sodas sont à bannir.

Il convient d’équilibrer les repas de bébé  et prévoir toujours un ou plusieurs féculents comme la pomme de terre, les légumes secs (à partir de 15 mois), du pain, un biscuit. Ceci afin qu’il absorbe suffisamment de calories sous forme de sucres complexes.

La sensation de plénitude due à la satiété après un repas est importante et indispensable pour éviter le grignotage hors repas ou goûter.

A retenir

Le sucre ajouté est à consommer avec modération.

Une surconsommation de sucres participe à la prise de poids, à la formation de caries dentaires et au développement du diabète.

Le sucre apporte peu d’aliments nutritifs comme des vitamines et minéraux. C’est pour cela qu’il est préférable de privilégier les fruits et légumes naturels.

Dossier réalisé par Maman Chef