Par Baby moov

Pourquoi cuisiner pour Bébé ?

pourquoi cuisiner pour bébé

Nourrir un enfant, c’est bien sûr lui apporter les éléments nutritifs dont il a besoin, C’est aussi tenter de l’éduquer chaque jour au-delà des saveurs innées. Au même titre que la station debout, la parole, la propreté corporelle ou l’altérité, le goût et le bien manger, sont des valeurs à transmettre dès le plus jeune âge.

La part innée et la part acquise

Le bébé a avalé du liquide amniotique à la saveur sucrée in utero pendant neuf mois. La saveur sucrée lui est de ce fait innée car agréable naturellement. Les saveurs salées, acides et amères ainsi que les textures restent à découvrir au cours de la diversification dans les mois à venir. A contrario de l’acquis, l’appréciation des multiples nouveautés s’acquerra au fil des années.

Pourquoi partager bébé à l’expérience « culinaire »

Lorsque l’on cuisine en présence de bébé, ses sens et son développement cérébral sont nourris autant que son estomac le sera par la suite. Râper une carotte, laver une salade, cuire un gâteau au four ou du chou fleur à la vapeur, produit des sons, des odeurs, et tout un ballet d’images qui construisent son monde. Bébé vous observe, est avec vous, et cet échange tacite mais très riche tisse le lien alimentaire avec lui.

Par ailleurs, un des premiers critères d’appréciation des enfants est le degré de familiarité avec les aliments. Des indicateurs positifs visuellement et olfactivement construiront en quelque sorte sa mémoire et facilitera la mise en bouche des nouveaux aliments.

Comment cuisiner pour bébé et la famille ?

Afin que cuisiner au quotidien ne devienne une corvée, des menus simples et pour tous sont la formule gagnante ! Pour un repas complet, les deux paniers du Nutribaby+ peuvent accueillir 800 g de légumes et féculents à cuire à la vapeur. On y ajoute environ 400 g poisson en fin de cuisson. Si on prépare de la viande, poêler reste la cuisson séduisante pour les sucs.

Pour bébé, il suffit de mixer les aliments avec une noisette de beurre. Au besoin pour assouplir sa purée, on ajoute un peu de jus de la cuisson vapeur. Pour assaisonner le poisson des adultes, dans un petit poêlon faites fondre un peu de beurre, ajoutez-y du jus de citron et de la ciboulette. Pour la viande, on peut déglacer la poêle avec de la crème fleurette dont on arrosera les légumes vapeur pour titiller les papilles.

J’oubliais ! Pendant la cuisson du repas, papa peut servir un verre à maman et éplucher 3 pommes fruit que vous mettrez à compoter à la vapeur pendant le repas. Arrosé d’un trait de sirop d’érable et accompagné d’un petit beurre, il n’y a pas que bébé qui appréciera ce dessert.

Habitudes alimentaires saines pour l’avenir de la famille et des enfants

Cuisiner signifie aussi laisser les plats cuisinés et tout produit préparé industriellement à d’autres. Les bénéfices ? Primo, bannir les graisses saturées, les sucres ajoutés à l’excès et les additifs qui, combinés, se révèlent nocifs pour l’organisme bien qu’ils soient autorisés. Secondo, pour protéger les papilles de bébé. En effet, au départ, ceux-ci sont paramétrés pour percevoir et apprécier des saveurs douces comme le lait nature, des purées de carotte ou de pomme fait maison. Plus vite que l’on ne pense, bébé goûtera aux biscuits industriels très sucrés ou au yaourt aromatisé. Par conséquent, sa perception changera. Comme le sucre  tout comme le sel, excite les papilles et donne du plaisir, il s’y accoutumera rapidement et petit à petit refusera les légumes ou tout autre aliment perçu comme plus fade.

Les fruits, les légumes, les céréales et les légumineuses demandent le plus de temps mais leurs apports nutritionnels sont essentiels pour la bonne santé de votre petite famille.

Les packagings

Un sachet en papier recyclé pour 1 kg de pommes de terre, versus 1 petit pot en plastic et son cartonnage à transporter et recycler, il n’y a pas photo !

Avec plus de 1 kilo de déchets par jour, acheter des produits bruts versus conserves, sachets et autres operculés, revient à préparer un monde moins pollué pour nos enfants. Testez vos connaissances en matière de bonne gestion de déchets ici (http://ecocitoyens.ademe.fr/mes-dechets).

Concernant le plastic des bouteilles et emballages qui touchent les aliments directement, leur innocuité n’a pas été prouvée complètement. Une composante nocive a toutefois été retirée de tous les contenants pour les enfants, le bisphénol A.

Avantages côté budget

Pour vraiment connaître l’impact sur notre porte monnaie, nous avons mené une petite enquête.

Le lot de 2 petits pots industriels de 200 g carotte, semoule, dinde coûte 2€19.

Les légumes comptent pour 46%, soit 90 g par petit pot. La dinde ajoutée est de 8%, soit 16g. Les autres ingrédients ? De l’eau et des vitamines de synthèse pour retrouver les nutriments présents dans les aliments avant leur transformation industrielle.

Voici les prix de quelques produits à transformer soi-même en cuisine :

Carottes :
Botte avec les fanes de 500 g : 2 € 99
Botte avec les fanes de 500 g  bio :  2 € 60

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *